Je l’avais juré. Je l’avais même écrit. Oui, j’avais juré d’arrêter et surtout de ne jamais revenir. Il y a donc un petit côté Phoénix dans cet article. Pour mémoire (et parce que j’ai la fâcheuse tendance à googliser tout ce que je trouve), le Phoenix est selon la bible 2.0 qu’est Wikipédia : ” un oiseau légendaire, doué de longévité et caractérisé par son pouvoir de renaître après s’être consumé sous l’effet de sa propre chaleur. Il symbolise ainsi les cycles de mort et de résurrection.”

Il faut donc croire que j’ai cessé de me consumer et qu’il est tant de renaître. Phase de résurrection donc. Oui mais pourquoi ? En fait, c’est assez simple : Posterous ferme le 30 avril. Etant donné que j’ai un peu déconnecté ces temps-ci, j’avais franchement manqué l’information et c’est un tweet égaré dans ma ligne du temps qui me l’a rappelé…

Tweet posterous

Ben oui, ce fameux blog que j’avais enterré était un “posterous made”. Je n’allais quand même pas laisser mon blog partir en fumée sans tenter un ultime sauvetage. Ne plus bloguer est une chose, laisser ses écrits s’envoler en est une autre. J’ai donc bravement suivi la procédure d’exportation/importation et voilà, le blog est désormais un “wordpress made”. Et à ce moment là, ils m’ont fait un appel du pied ces vieux posts. Je ne pouvais pas les abandonner de nouveau. J’avais changé maintenant. J’étais capable de gérer la frustration, la déception, la solitude. J’ai changé de thérapeute donc… Et puis, ça me démange. C’est promis, je ne dirai plus jamais de mal des vieux chanteurs sur le retour.

Je les comprends maintenant, c’est l’effet Phoénix.

Advertisements